Balade à Strasbourg: la cathédrale Notre Dame

 

Cliquez sur les photos 

 

Un visiteur de votre blog "modélisme trains" a souhaité vous contacter

via le lien 'Contactez l'auteur' présent sur votre blog.

Voici son message :

cathédrale de Strasbourg

Monsieur, 

Après quatre semaines de vote, le 6 juillet dernier à minuit, le gong a

retenti et nos internautes ont désigné la Cathédrale Notre-Dame de

Strasbourg comme étant la quatrième plus belle cathédrale de France.

 
Le but de notre projet était de mettre en avant le patrimoine religieux de

France.

 
Parmi les 51 sélectionnées, les lecteurs du blog de hotel.info ont en effet

plébiscité l’un des édifices qui fait la réputation de Strasbourg.

 
Vous pouvez consulter l’article ici : http://www.hotel.info/fr/blog/les-51-

plus-belles-cathedrales-de-france/ . 



Fières de vous communiquer ce résultat, nous vous invitons à en informer

les lecteurs de votre site qui se réjouiront certainement tout autant de

cette nouvelle. Je vous souhaite une bonne journée en vous remerciant

de m´avoir consacré un peu de votre temps. 

Cordialement,

Amélie Bürkl

12DSCF0034

Le parc de l'Orangerie renferme un enclos aux cigognes 

DSCF0031

DSCF0035

DSCF0036

Qualifiée par Victor Hugo de "Prodige du gigantesque et du délicat". La cathédrale est travaillée dans du grès rose des Vosges. Construite sur un ancien monument romain incendié, elle ne possède qu'une seule flèche.

DSCF0005

Notre Dame se Strasbourg est une cathédrale catholique ramaine. Chef d'oeuvre de l'architecture gothique s'élevant à 142 m elle est la deuxième plus haute de France. Celle de Rouen la devance. La construction de la cathédrale actuelle se situe entre 1176 et 1439.

La première pierre fut posée en 1015 par l'évêque Wernber de Halsbourg

DSCF0006

Située sur la place de la cathédrale  on trouve la maison Kammerzel de toute beauté, de style Renaissance, construite en 1571. On peut admirer les sculptures des poutres représentant des scènes religieuses. 

 

FEVRIER 2006 105

FEVRIER 2006 109

DSCF0007

Sans_titre_3

Sans_titre_5

Strasbourg i u Claudine 019

IMG_0066

Hauteur du clocher:34 m comportant 170 marches pour y accéder

La cathédrale est située dans un quartier entouré par le fleuve Ill

IMG_0067

Hauteur de la flèche: 32 m comportant 146 marches pour y accéder

La montée à la plate forme: 332 marches

Strasbourg i u Claudine 016

Strasbourg i u Claudine 017

DSCF0011

Sans_titre_2

Sans_titre_3

Sans_titre_4

IMG_3113

IMG_0069

La rue mercière

Sans_titre_9

Sans_titre_7

IMG_0072

detail_porche_p

d_tail_porche_p_1

Le tympan est consacré à la passion du Christ

d_tail_porche_p

Coté droite du porche

porche_principal

Coté gauche

porche_principam

Portail central  sur le trumeau Marie portant Jésus

 

P7120494

Au dessus du tympan le Christ sur les genoux de la Vierge

Christ portant le monde

IMG_0073

La rosace de 12,5 m de diamètre, composition d'Erwin von Steinbach, crée en 1318 comporte des vitraux rénovés au 19ème siècle

Sa particularité est d'être composée d'épis de blé et non de saints comme le veut la tradition. Les épis de blé représentent la puissance commerciale de la ville

aIMG_0081

IMG_0088

La cloche est une des plus grande sonnerie de France. Le grand bourdon pesant 9 tonnes est coulé en 1427 par maître Hans Gremp de Strasbourg.

 

FEVRIER 2006 115 

IMG_3112

detail_porche

Le tympan

detail_porche_1

Portail droit de la façade. Statues de gauche: le tentateur (le Diable prenant la forme d'un beau jeune homme) et les vierges folles. Derrière son dos on remarquera des serpents qui grimpent et des crapauds.

detail_porche_2

Parabole des vierges folles et des vierges sages

detail_porche_3_porte

IMG_3114

 

FEVRIER 2006 114

jIMG_5611

jIMG_5614

jIMG_5616

jIMG_5617

Les arcs boutants

 

P7120496

 

P7120514

 

Sans_titre_1

jIMG_5618

P7120500

P7120502

 

Sans_titre_1

Sans_titre_4

Sans_titre_3

Sans_titre_5

widok z wiezy katedry

golembie

widok z wiezy katedry 1

widok z wiezy katedry

widok z wiezy katedry1

widok z wiezy katedry3

widok z wiezy katedry4

P7120507

 

P7120501

 

widok z wiezy katedry5

widok z wiezy katedry6

P7120499

 

widok z wiezy katedry7

P7120508

 

IMG_3104

IMG_3106

Longueur 111 m  largeur 51,5 m  hauteur 142 m

 

P7120497

wieza katedry

wieza katedry2

wieza katedry3

IMG_3121

IMG_3123

Sans_titre_3

IMG_3119

bloggif_4d7ca0ead4fef

la_colonne_des_anges_2

IMG_3124

Le pillier des anges créé en 1230 est un pillier central du bras sud du transept soutenant la voûte. Le pillier est sculpté de 12 statues dans le même bloc de grès que la colonne.

Au premier niveau se trouve 4 évangélistes. Au dessus les anges sonnant de la trompe. Au sommet le Christ entouré des anges portant les instruments de la passion.

IMG_3125

bloggif_4d7ca26872492

IMG_3126

Horloge astronomique construite par Konrad Dasypodius et les frères Habrecht  de Schaffhouse de 1571 à 1574.

Cessant de fonctionner en 1788 elle fut restaurée par Jean Baptiste Chwilgué de 1838 à 1842. On voit son portrait à gauche de l'horloge

Devant le portrait un lion présente l'écu et le haume des armes de la ville de strasbourg

les_lion_et_les_2_anges

Signe__astrologique_horloge_2

En dessous est représentée la création du monde  peinture (1571-1574) de T. Stimmer 

 

IMG_3128

Tous les jours à 12h30 les automates font une danse animée. Les apôtres défilent devant le Chrit qui bes bénit. Au passage de St Pierre le coq situé en haut bat des ailes, des plumes se soulèvent et le coq fait entendre son chant.

la_vie__la_mort

Sur la scène du dessous, en une heure défilent les 4 âges de la vie (lenfant, l'adolescent, l'adulte et le vieillard) devant la mort qui de son os sonne les heures. Les autres personnages sonnent le deuxième coup de chaque quart d'heure.

les_lion_et_les_2_anges

Les lions symbolisent la puissance de la ville de Strasbourg

Signe__astrologique_horloge

Deux anges sont situés de chaque coté de l'horloge. A gauche le premier sonne le premier coup de chaque quart d'heure et le second retourne le sablier toutes les heures.

detail_personnage

Sans_titre_11

Représentant les jours de la semaine défilent les chars des 7 divinités planétaires: Saturne, Appolon, Diane, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus.

IMG_3127

IMG_3131

La couronne annulaire du calendrier civile est représenté par le cadran doré.

A gauche, Appolon dieu du soleil présente de sa flèche le jour courant. Se tient à droite Diane déesse de la lune.

Sur le deuxième cadran une aiguille solaire indique le chiffre vrai du temps écoulé en 24 heures. 

2005_CATHEDRALE_STRASBOURG_130

Sur le même cadran deux aiguilles indiquent l'heure du lever et coucher du soleil.

L'aiguille lunaire indique le mouvement de la lune.

Le cadran est orné de peintures des empires d'Assyrie, de Rome, de Perse, de Grèce.

DSCF0146

Mécanisme de l'horloge 

Photo_2001_2005_215

2005_CATHEDRALE_STRASBOURG_131

IMG_3133

Strasbourg i u Claudine 021

Strasbourg i u Claudine 022

Strasbourg i u Claudine 024

 

IMG_4851

IMG_4851 - Copie

 

 

AFP - ‎samedi‎ ‎19‎ ‎juillet‎ ‎2014
Une "horloge du millénaire" pour la cathédrale de Strasbourg

Une sarabande de squelettes mus par une mécanique à base d'objets récupérés: dans son atelier, l'artiste Daniel Depoutot apporte les dernières touches à une horloge monumentale qu'il entend exposer en la cathédrale de Strasbourg, à l'occasion de son millénaire.

C'est dans un entrepôt désaffecté du port du Rhin à Strasbourg que le plasticien explore depuis des années l'art des automates, avec la complicité bienveillante de la déchetterie voisine où il se fournit en vélos rouillés, cafetières usagées et autres déchets métalliques pour en faire d'étonnantes sculptures animées.

Ses créations déjantées ont déjà été exposées au Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, à Prague et Berlin, en Suisse ou en Belgique. "Maintenant, je reviens à l'horloge, mère de toutes les machines", raconte le quinquagénaire en bleu de travail, coiffé d'un casque anti-bruit.

Derrière lui, un cliquetis régulier s'échappe d'un complexe enchevêtrement de tubes, roues et poulies reliées à des contrepoids.

"Vous entendez ce +tic-tac+? C'est un système diabolique", commente Daniel Depoutot. L'horloge à foliot ne doit son énergie qu'à l'attraction terrestre: l'idée de coupler un balancier horizontal à une roue crantée qui retient la chute d'un poids remonte au XIVe siècle.

De sa rencontre avec le musicien strasbourgeois Michel Reverdy est né ce projet d'hommage contemporain à l'horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg, à l'occasion des festivités du millénaire de ses fondations (1015-2015), dont le coup d'envoi est prévu dès septembre 2014.

Les deux artistes sont parvenus à arracher l'accord aussi bien de l'archevêque que de la direction des monuments historiques. Reste à boucler le financement pour que l'oeuvre puisse être installée au printemps 2015 dans la vénérable enceinte de Notre-Dame de Strasbourg, en face de la célèbre horloge.

Comparée aux automates et aux cadrans de style Renaissance qui calculent depuis le XVIe siècle les phases de la lune, les fêtes chrétiennes et les horaires de lever et de coucher du soleil, l'horloge Depoutot "ressemble plus à un écorché", avoue son concepteur.

Sa mécanique apparente est installée sur plusieurs étages d'un échafaudage de 8,30 mètres de haut et 6,60 de large - car "qui dit cathédrale dit échafaudages", souligne l'artiste. Durant les quatre siècles de sa construction et jusqu'à nos jours, Notre-Dame de Strasbourg a pratiquement toujours été entourée d'échafaudages.

"Exorciser" la mort

Au premier étage, Daniel Depoutot a placé des squelettes musiciens articulés, qui évoquent les danses macabres du Moyen-Âge.

Le tout est surmonté d'un volatile en bois, lointaine référence aux machines volantes de Léonard de Vinci. Il fera écho au coq chanteur de l'horloge astronomique, un automate dont l'original a été créé en 1354.

Le projet a d'emblée séduit le frère dominicain Rémy Vallejo, chargé par le presbytère de l'accompagner sur le plan théologique. Selon lui, l'oeuvre "s'inscrit dans la tradition des mystiques rhénans".

La danse macabre a été inventée au XIVe siècle, quand la peste noire ravageait la région, "pour exorciser, toujours avec un brin d'humour, la peur de la mort", souligne frère Rémy. "L'horloge sacralise le temps et invite à la vigilance, au +Memento mori+ (souviens-toi que tu vas mourir), alors qu'un presque rien peut gripper la mécanique", dit-il.

Pour Daniel Depoutot, "le temps qui passe nous amène à réfléchir sur notre époque, et ses échéances" comme le réchauffement climatique et l'emballement de la croissance, des thèmes qui lui sont chers.

Son atelier regorge d'automates grimaçants, de machines absurdes actionnées à l'huile de coude, recyclées des rebuts de la société de consommation: tournedisques tirant la langue, jantes de voiture autopropulsées...

La comparaison avec le Suisse Jean Tinguely est tentante mais l'artiste alsacien la réfute: "Tinguely était plus dans les sports mécaniques et la démesure". Daniel Depoutot préfère travailler à l'économie, épurer pour réduire ses machines à l'essentiel.

D'ici à l'installation de son "horloge du millénaire" en mars 2015, il a encore plusieurs mois pour cogiter et l'améliorer. Un théâtre d'ombres et des carillons pourraient encore s'y ajouter.

Ce qui est sûr, sourit-il, c'est qu'elle ne remontera pas le temps: "Je bute sur un problème d'inverseur temporel".